Les avantages et les inconvénients du leasing

leasing

Vous prévoyez d’acquérir du nouveau matériel pour développer votre activité professionnelle ? Alors, le leasing se présente comme une solution souple et rapide pour financer votre projet d’investissement en immobilisations corporelles. Il vous permet en effet de louer du matériel neuf et en bon état avec une option d’achat en fin de bail. Cependant, il s’avère prudent de peser le pour et le contre avant de s’engager dans un contrat de leasing. Comment se déroule cette méthode de financement ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Nous vous dévoilons tout dans cet article.

Comment se déroule un contrat de leasing ?

Votre entreprise souhaite se procurer un matériel de production, des outillages, un parc informatique, un véhicule ou encore un bien immobilier ? Toutefois, elle n’a pas les moyens d’en acquérir immédiatement. Dans ce cas, elle peut recourir au crédit-bail ou leasing. C’est un moyen de financement qui consiste à louer un bien sur une longue durée avec la possibilité de l’acheter ou non à la fin du contrat.

Pour bénéficier de cette solution, l’entreprise doit alors s’adresser à un établissement financier que l’on appelle « crédit-bailleur ». En cas d’acceptation de sa demande de crédit, elle contacte un fournisseur pour choisir son matériel. Le crédit-bailleur achète ainsi le bien et en devient propriétaire. Il le loue ensuite à son client pour une durée déterminée. À la fin du contrat, le crédit-preneur, c’est-à-dire l’entrepreneur, a le choix entre :

  • Acheter le bien au prix convenu avec l’établissement de crédit et en devenir propriétaire
  • Restituer le matériel au crédit-bailleur et mettre fin à la location
  • Renouveler le contrat de leasing pour une nouvelle période

Notez que le leasing concerne toutes les entreprises, peu importe leur statut juridique, leur taille, l’activité et leur chiffre d’affaires.

Quels sont les avantages du crédit-bail ?

La solution de leasing présente toute une panoplie d’avantages. C’est une démarche à adopter si vous souhaitez conserver la performance financière et technique de votre entreprise.

Un financement à 100 %

D’un point de vue financier, les avantages du leasing se révèlent nombreux. Primo, il est facile à obtenir qu’un prêt bancaire classique. En effet, en optant pour un crédit-bail, vous bénéficierez d’un financement à 100 %. À l’inverse du crédit traditionnel, l’établissement de crédit ne demande aucunement à l’entreprise de fournir une caution ou une garantie ou encore de financer une partie des fonds. Il supporte la totalité des investissements. Cela s’explique par le fait que le crédit-bailleur reste propriétaire du bien et que l’entreprise demeure tout simplement locataire. De plus, le bien loué ne figure pas sur le bilan de l’entreprise au point d’alléger ce dernier. N’impactant pas la trésorerie, le leasing préserve donc les capacités d’investissement et d’emprunt de la société.

Un avantage fiscal considérable

Le leasing offre un avantage fiscal considérable à votre entreprise. Dans le cadre d’un crédit-bail, les loyers versés sont effectivement comptabilisés dans les charges d’exploitation au niveau du compte de résultat. Par conséquent, ils sont déductibles du résultat de l’entreprise permettant ainsi de diminuer le bénéfice imposable. Voilà de quoi minorer l’impôt versé au fisc !

De plus, l’entreprise n’a pas à payer une avance sur TVA puisque celle-ci est déjà préfinancée par le crédit-bailleur. Le paiement de cette taxe est alors échelonné sur la durée du contrat, ce qui est bénéfique pour la trésorerie de la société.

Le leasing, une solution économique

Puisque le leasing constitue un contrat de location avec option d’achat, il n’y a pas obligation de payer à l’immédiat. Ainsi, il permet d’acheter petit à petit un bien et de répartir le cout d’acquisition sur une longue période. Ce qui fait de cette solution de financement professionnel une option intéressante si vous avez un budget limité.

Aussi, le crédit-bail vous fait profiter de ses avantages d’échelle. En ayant la possibilité d’acheter en grande quantité, le bailleur peut négocier un meilleur prix. Vous pouvez alors profiter de cette remise pour vous procurer un matériel à un prix plus intéressant.

Crédit-bail : la garantie de disposer d’équipements à la pointe de la technologie

Face à une avancée technologique extrêmement rapide, recourir à une solution de crédit-bail de courte durée est la meilleure manière de toujours avoir à votre disposition des matériels modernes et performants. Cela, sans que vous ayez besoin de réaliser un gros investissement. Cette option se montre particulièrement idéale pour les équipements avec un cycle de vie de courte durée ou encore pour les structures, dont les activités nécessitent régulièrement l’utilisation de nouveaux outils.

Quels sont les inconvénients du leasing ?

Comme toute chose, le leasing a aussi son lot d’inconvénients. Ainsi, cette solution de financement d’entreprise peut se révéler plus couteuse qu’un prêt bancaire classique. La raison est que la société financière se rémunère en prenant une marge sur le loyer.

En outre, le crédit-bailleur a tout à fait le droit de refuser la restitution du bien en fin de contrat. C’est le cas lorsqu’il estime que ce dernier se révèle difficile à revendre. Le preneur devra alors soit acheter le bien et supporter le cout d’achat, soit reconduire le contrat de crédit-bail pour une nouvelle période et avec de nouvelles conditions. Par ailleurs, lorsque vous achetez un matériel, vous l’utilisez de manière exclusive étant donné que vous êtes le propriétaire. Par contre, avec le leasing, vous n’en profitez que pour une durée limitée.

À part cela, le crédit-bail rencontre un obstacle fiscal, surtout en matière de leasing immobilier. En effet, tout transfert de bien immobilier impose le paiement d’un droit d’enregistrement. Pourtant, un crédit-bail donne lieu à un double transfert : la location et l’achat en fin du contrat. Vous devrez donc supporter des frais supplémentaires. Pour ce qui est du leasing de véhicule en particulier, le contrat limite le nombre de kilomètres parcourus par an, soit de 20 000 km pour une consommation de diésel et de 10 000 km en cas de véhicule à essence. Au-delà de cette limite, vous aurez à payer des frais de dépassement qui sont à mentionner dans le contrat. Enfin, vous devrez restituer la voiture en bon état au risque de se faire facturer des frais de remise en état en cas de dommage.

A lire également :

About Lila Portal